Humour noir et cynisme dans la mise en scène d'un spot de sécurité routière





Je n'aime pas ce spot il est violent mais l'envie de me coltiner la chose et la faire partager peut-être pour s'interroger sur ce phénomène étrange : c'est que tout ce qu'on relaie sur ce réseau et sur Internet de façon générale en revient affirmé exhaussé. Si on relaie la face ou les mots de ceux que je ne nommerai pas cela leur fait de la publicité (au sens où cela les rend davantage et un peu plus public (même ennemy). Je déteste déjà l'allure de ce type ci-dessus. Mais il faut savoir détourner les messages

1- Qu'est-ce qui différencie l'humour noir du cynisme  ?
Dans quelle catégorie peut-on ranger ce spot ? Il est simultanément très noir Et cynique, il y a deux composantes. On a raison de s'interroger. Définition : le cynique est celui qui fait preuve d’indifférence, qui dit que la vie ou la mort c'est pareil, mais qui reste à l'extérieur, l’événement dans une position facile. Le contraire au fond de la compassion. Le narrateur dans le spot a cette position, c'est un personnage, un rôle. Le spot emprunte le code Tarantino si on veut - la musique semble aller dans ce sens.  Encore qu'il faudrait étudier les différences d'humour noir au cinéma. Chez Tarantino tout comme chez Scorcese, chez les Coen de façon différente il s'agit de dérision selon moi pour la bonne cause. On retrouve chez les belges une démarche identique dans une tonalité différente, question de culture.
le cynisme est devenu un code de notre culture. Je ne sais pas quoi en penser ?  La question porte sur notre rapport à la pulsion de mort - la façon dont on la tient à distance, la façon dont la vie peut trouver à s'y alimenter à l'inverse de façon gaie ou même joyeuse - mais là c'est particulièrement grinçant et insupportable au sens où à la fin cela ne se résout mal. 

2- Ce qui nous agite dans l'affaire ce n'est pas la violence de l’événement c'est que le spot lui-même est violent. Il joue sur deux genres en principe distincts : le registre informationnel et le registre fiction, on mélange et c'est discutable.

3- Psychologie et mise en scène, La photo met en exergue les témoins et leur réactions. Plus que la victime au final qui sort du champ : effet de cynisme) . Ces témoins sont les représentants affectifs du spectateur. Ce sont eux qui développent notre émotion et la charge d'angoisse que nous ressentons au final.C'est classique comme procédé qui repose sur notre construction psychique. Quand un enfant tombe il est autant affecté par l'angoisse que son parent projette sur lui que par la douleur. L'enfant de fait PORTE l'angoisse de son parent, celle-ci se transmet sans médiation, Car la réalité de l'enfant repose justement sur son parent, c'est lui qui lui sert de contact avec le monde et même le réel. Nous sommes par essence dans le regard de l'autre et dans son histoire. L'émancipation consiste à s'en délivrer progressivement. Ici dans ce spot, nous sommes en tant spectateur placé dans cette situation d'infantile. On pourrait sans doute ajouter : que nous sommes des deux côtés, c'est ça la topologie de l'angoisse, le fait qu'elle passe à travers les identités. (On appelle ça l'empathie). Mais l’angoisse que je projette est forcément celle que j'ai eu au contact de l'angoisse de l'autre.

4 - l'efficacité du message. Et bien oui c'est efficace car ça fait peur.

5- Morale : La responsabilité est mise du côté du piéton mais de fait elle st partagée. En effet même en respectant le code, nous avons en tant que conducteur une responsabilité. Je suis en pétard quand je vois des piétons traverser la chaussée en parlant dans leur portable.

6- Principe de réalité : L'un de mes grandes tantes a été écrasé en pleine ville par un poids lourd. Je me souviens encore de l'effet que ça m'a fait de l'apprendre par un copain qui en était le témoin. Aussi bien d'apprendre par les médias à la télé du café restau d'un petit village, la mort de Roland Barthes renversé par une camionnette en plein Paris. 
7-Violence. Pourquoi en avons-nous besoin ?
Suite à un viol, une amie que j'ai accompagnée m'a signifié que non elle ne s'est pas faite violée. Elle a été violée. Dans le spot le jeune homme SE FAIT renverser. Il n'a pas été renversé. 


Aucun commentaire: