A peine j'ouvre les yeux



 


Elise
Je n'arrive pas à me détacher de cette jeune femme. J'y pense encore, quelle intensité dans l'émotion ! Et la manière dont est abordée la relation mère/fille c'est très finement écrit et filmé. Ouah ! je reste un peu scotchée ce soir. Il y aurait tant à dire. La jeune actrice est remarquable dans son jeu, et la manière dont sont filmés les corps et leurs interactions. Tout est là pour nous embarquer dans l'émotion de cette situation si complexe. C'est un film très fort !

Alain
Bien écrit (une série de renversements des situations, des personnages et de leurs rapports). Bonne mise en scène et bien joué. La mère et la fille ont beaucoup de densité (les personnages autant que les actrices). J'ai aimé cette confrontation des deux générations qui au final se complètent (la "dream team" d'une révolution). Mais surtout deux grands moments d'émotion pour moi, quand la fille chante sur une rythmique punk après la traditionnelle (là aussi pont entre passé et avenir) et quand à la fin elle se réfugie dans les bras de sa mère. Puissant de sentir l’énergie de la révolte contenue dans son abattement. Le titre du film devient éloquent sur lequel on peut s'accrocher des sens différents mais tous valables. Content de vous avoir retrouvés et à cette occasion de bien finir l'année.

Martine
Se soumettre ou se démettre ? Pas facile dans 1 démocratie mais encore + courageux dans un pays fasciste, sous le "doux "régime de Ben Ali à la veille du printemps arabe ?
Film qui laissera chez moi, une empreinte par le sujet abordé, les acteurs et la mise en scène.
Le proposer était une bonne idée. Meilleurs voeux pour 2016.

Alain
Bien reçu merci Martine pour cette mise en perspective avec des mots exacts. Le fascisme qu'on voit dans le film, sa mise en scène est intéressante - de l'avoir quasiment relégué en hors champ, avec cette figure du tortionnaire qui dépasse. Si je me souviens bien on entend son collègue mais on ne le voit pas (dite-moi si je me trompe).
Ce serait intéressant de faire un débat sur la Tunisie actuelle, sa révolution, son devenir. Le prix Nobel de la paix qui été attribué cette année au quartet du "Dialogue national" qui a sauvé la démocratie tunisienne de nouveau en péril en 2013 est largement mérité. Les Tunisiens nous donnent une leçon. Ici aussi il y a des tensions, des forces "progressistes" et "réactionnaires" qui divisent quelquefois les clans les partis et structures. Le débat sur la déchéance de la nationalité en est un exemple.

Hélène
Leila Bouzid nous embarque vraiment et nous "donne envie de la suivre" aussi bien lorsqu'elle filme une scène de torture révoltante tournée la nuit avec une lumière glauque qui éclaire principalement le visage de Farah (ses tortionnaires sont de dos ,de trois quarts ou hors champs) que lorsque sa caméra, amoureuse des corps et des visages baignant dans le soleil , s'en approche jusqu'à donner l'impression de les caresser. Il est vrai qu'ils sont jeunes, beaux et "donnent envie de vivre" .
Mais il est intéressant que la réalisatrice ne se contente pas d'opposer la splendeur des jeunes visages rayonnants à la noirceur de silhouettes inquiétantes et donne de l'épaisseur à ses personnages principaux. Non seulement à la mère de Farah qui véritablement terrorisée au début du film abrite et encourage le chant de sa fille dans la scène finale (magnifique) mais également à Bahrène qui s'avère être un personnage plus complexe qu'il n'y parait d'abord : lui non plus n'est pas d'un seul bloc et lui aussi finit par trahir (Farah) comme il a été trahi par Ali.
Bref, un film dont on sort à la fois grandi et plus humble.

Alain
En effet c'est intéressant les retournements des personnages au final . Et du coup c'est elle qui s’émancipe, s’affirme en laissant son ancien compagnon. Faut savoir ce que tu coco! Magnifique ligne de fuite. Fragile mais souveraine. Ce qui dresse de l'ambiance d'une dictature un paysage complexe où le politique croise le familial et les liens intimes. C'est la vertu du film ?

Aucun commentaire: